• Thérèse Raquin (1867)

    TITRE: Thérèse Raquin

    EDITION LUE: Folio Classiques

    PARUTION: 1867

    GENRE: Psychologie, Roman psychologique

    PERSONNAGES: Madame Raquin, Camille Raquin, Thérèse Raquin, Laurent

    AUTEUR: Emile Zola

    Grand naturaliste du 19ème, Zola nous marque avec son premier roman où suinte le tabou, la moisissure et la vérité humaine. Dans ses débuts jugés putrides, Zola se réjouit du bruit qui se fait autour de ce premier roman. Principalement connu pour ses Rougon-Maquart, le grand romancier marque la littérature française classique et fait ses empreintes partout dans le monde. Il décède le 29 Septembre 1902.

    SYNOPSIS: Lorsque Thérèse, nerveuse tigresse, se voit dès son plus jeune âge coincée avec Camille, un maladif pateux; son destin dégringole aux yeux de Laurent. Laurent l'animal sanguin plein de bonne chair et de veines, pour lequel elle éprouve un désir et manifeste son plaisir sexuel si fort qu'une pensée leur ronge l'esprit toute une vie. Le couple empoisonné vit avec un cadavre entre leur poitrines et souffrent de leurs mœurs jusqu'à la dernière page.

    CRITIQUE:

    Je ne vais pas mentir, ce livre m'a plut. Je ne suis vraiment pas du genre à faire la fausse lectrice du classique et surtout qu'ici, je ne cacherais jamais mon véritable avis. Submergée par un dialogue très brute et une description surprenante, je ne pense ne jamais avoir lu autant de négativité et pourtant être tellement heureuse après avoir fermé le livre. Ce n'est pas une simple histoire en réalité. Ce que je recommande, serait de le comparer à la confection d'un caramel ou d'une cane à sucre. L'histoire est une boule lisse d’événements tumultueux, tendue puis détendue, roulée puis déroulée, avec un sur-chargement de description qui crée toute l’atmosphère. J'ai personnellement trouvé la lecture très simple et très fluide, je ne pense pas que "Zola" devrait vous repousser de la lecture de ce livre, et tout franchement la seule difficulté fût celle de tenir le fil des états moraux et surtout de continuer à lecture à partir du chapitre 23. Pourquoi ? Parce qu'il s'agit d'un vrai cauchemar émotionnel, on n'en peut réellement plus, à lire et relire presque la même chose, le même état d'âme. Ça devait sûrement être un choix intentionnel, afin de faire vivre le véritable enfer au lecteur, mais pas la seule lecture du chapitre 30, on se remet très rapidement en train. Le fil de l'histoire est très perturbant, alors si vous n'est pas vraiment habitués aux jeux de points de vues, de temps, alors la lecture risque d'être vraiment pénible après le chapitre 13. Dans mon cas, j'ai lu ce livre dans un cadre purement éducatif et scolaire, mais j'aurais vraiment voulu l'avoir lu plus tôt et surtout, sous aucune pression d'analyse ou d'interprétation. Je conseille alors, d'à la lecture, essayer de profiter de la qualité et du récit sans ce soucier de la formulation, de pensées qui pourraient mettre pause à l'histoire.

    APPRÉCIATION GLOBALE: Livre d'analyse psychique excellent, ou prône la description la plus aiguë jamais lue. A tous ceux qui sont prêts à vivre la souffrance, le martyr, la maladie, cet ouvrage est un recueil de sentiments parfait.

    NOTE: 7/10

    LIENS: Les livres d'Emile Zola en audio - Affaire Dreyfus - Expo Zola à la BnF


  • Comments

    1
    Sunday 8th November 2015 at 21:18

    MOI PERSO J'AI PAS AIMÉ

    en vrai sérieusement, les description m'ont vite lassées, sauf les passages de ce que t'appelle "cauchemar" avec la mère Raquin et François

    Autrement je pense pas qu'on puisse qualifier ce livre de naturaliste car il commence avec des tonalités et se poursuit dans pratiquement ce qu'on qualifié de fantastique.

    (voilà, ce fut une apparition furtive de Fafa qui retourne se cacher dans son trou)

    2
    Monday 9th November 2015 at 20:51

    C'est tout à fait vrai. Je le trouve carrément romantique. Et pourtant dès le chapitre 19 je me suis vraiment lassée. Je n'ai aimé que du début jusqu'au meurtre, mais généralement avec du recul, y'avait vraiment de bonnes analyse. Quelques fois la description était fascinante.

    3
    Tuesday 10th November 2015 at 20:39

    C'est vrai que ça peut carrément penché là dedans. Je dois t'avouer que qu'un des passages que j'ai le plus aimé, c'est lorsque que la mère Raquin tente de les dénoncer mais qu'elle n'y arrive pas. C'est vraiment balèze comme création de désillusion. Puis la façon dont ils assimilent François à Camille. Autrement bof bof.

    Les description psychologique ne m'ont pas marquées que ça en vérité. Les description spatiales non plus. Après c'est pas le genre de bouquin que j'adore.

      • Thursday 12nd November 2015 at 20:22

        Je vois, on partage un peu le même avis. Pourtant j'ai trouvé ça vraiment bien écrit..

      • Thursday 12nd November 2015 at 22:04

        En effet.

        Après, je dis pas qu'il écrit mal, juste que j'aime pas son style. Je préfère largement Jonathan S. Foer, Patrick Bauwen ou H.P. Lovecraft.

    4
    Tuesday 10th November 2015 at 20:41

    Salut ^^ ça fait un bail, comment vas-tu ? Toi aussi, tu te mets à l'audio ? Enfin... pas moi personnellement, mais mon homme : lui qui n'aime pas lire "c'est plein de mots tout petits et pas d'images" commence à se cultiver comme ça ^^ Lu et plutôt aimé, même si c'est assez dérangeant par moments... bien que je ne pense pas que ça manque de réalisme, en fait.

      • Thursday 12nd November 2015 at 20:19

        Ah non, jamais je ne "lirais" en audio. C'était un lien pour les gros flemmard :')

    5
    Wednesday 11st November 2015 at 08:03

    Je devais le lire pour le français et j'ai eu un contrôle ! Merci Zola !

      • Thursday 12nd November 2015 at 20:20

        Ah bon ? T'es en seconde ? :)

    6
    Saturday 14th November 2015 at 16:47

    Hélas... J'aurais préféré être en maternelle :3

      • Monday 16th November 2015 at 21:50

        Moi aussi :')

    7
    Saturday 10th September 2016 at 10:31
    J'ai hate de le lire !


    Add comment

    Name / User name:

    E-mail (optional):

    Website (optional):

    Comment: